Nos journées à la compétition de la danse du lion internationale Genting 2016 ont finalement terminé. Plus ou moins, on a gagné beaucoup de choses: de beaux souvenirs, des expériences précieuses, des nouvelles leçons, amis et surtout de la passion pour la danse du lion. Pour plus de détails, aujourd’hui on a décidé de faire un petit interview avec Giang, un de deux danseurs qui ont fait la danse du lion sur poteaux. Allons-y !

 

13501791_10154320429801474_1600658699481479563_n

L’équipe Hong Teck Lyon au départ de l’aéroport Lyon. 

1/ Bonjour Giang , comment vas-tu? Bien rentré à la maison?

Bonjour chị Chụt, je suis très en forme maintenant. Mes parents et moi, nous sommes bien rentrés chez nous au Viet Nam. Mes parents ont beaucoup apprécié notre spectacle. Je suis vraiment très content 🙂 .

IMGP2452

Nous étions très fiers d’être représentant de la France dans cette compétition internationale 

 

2/ Entraînement et compétition pendant presqu’un mois en Malaysie, tout a été bien passé?

Nous avons passé 3 semaines d’entraînement avec Subang, une équipe malaysienne de danse du lion qui nous a beaucoup aidé pendant nos séjours ici. Je ressens vraiment que la danse du lion (plus précisément sur poteaux) est devenue ma passion. En outre, l’entraînement a été totalement différent à celui en France (l’environnement, le type de poteaux, l’intensité de la répétition du spectacle, le climat, le décalage d’horaires, …).

Par contre, il fasait hyper chaud ! Surtout avant chaque répétition, à Wan Seng Hang (L’atelier de fabrication de la tête du lion) ou à l’usine (où l’équipe Subang place leurs poteaux).

En concernant de la compétition, c’est tout naturel que les  jours avant le jour J ont été ceux les plus stressants et importants lors du séjour. Pourtant, je n’ai perçu aucune pression J. En effet, au lieu de trop penser à la compétition, j’ai essayé de bien profiter les jours en Genting.

Bref, perso, j’aime bien le rythme d’entraînement en Malaysie, pas dur du tout parce que je suis en train de réaliser ce que je veux dans ma vie.

20160627_200634

3/ Avez-vous eu de beaux souvenirs? 

Oui, bien sûr.

Cette fois, on a rencontré l’équipe américaine, une équipe composée de jeunes sympas, dynamiques et passionnés avec la danse du lion. Avec l’équipe Subang, nos trois équipes ont passé de bons moments et souvenirs. On s’est aidé lors des spectacles et on a partagé des supers soirées et des repas ensemble.

13528564_1037504379693918_8055918876565657286_o

Moi avec l’équipe Subang. 

4/ Partir en Malaysie, à une compétition internationale, on va dire jamais-vu-dans-la-vie, quelles sont vos difficultés ? Les amis internationaux sont amicaux ou concurrentiels? 

Sincèrement, je trouve que j’ai beaucoup plus de chance par rapport aux autres collègues de notre équipe. Du coup, je profite bien chaque fois que je suis en Malaisie, c’est-à-dire que j’essaie d’apprendre au maximum des nouvelles choses concernant la culture et les techniques de danse du lion. Cette fois, mon but reste pareil. D’ailleurs, je ne trouve pas la différence en comparant avec ma dernière fois en Malaisie.

En ce qui concerne les amis internationaux, puisqu’on a tous la même passion, on se sent plus proche de façon naturelle, on partage facilement nos méthodes d’entraînement, voire même notre vie quotidienne. Par contre, c’est un sport de haut niveau, du coup la concurrence existe forcément, mais c’est l’histoire du jour J. Dans les entraînements de tous les jours, tout le monde est notre ami.

En général, je constate que tous les participants internationaux possèdent une grande passion pour la danse du lion et certains d’entre eux ne considèrent pas que cette danse comme un sport mais comme leur métier quotidien.

IMG_5744

Un beau souvenir en Malaysie

5/ En Malaysie, quel est le rôle de la danse du lion dans la vie quotidienne?

Pour les malaysiens d’origine chinoise qui font la danse du lion, cette danse est à la fois leur boulot et leur vraie passion. Elle joue donc un rôle important dans leur vie. En effet, les malaysiens peuvent rigoler, faire des blagues n’importe où, n’importe quand, mais une fois qu’ils pratiquent la danse du lion, ils deviennent sérieux car ça montre leur respect envers leur métier.

 

6/ Dites-moi sincèrement, de participer encore une fois au Genting 2018? Vous allez dire oui ou non? Avez-vous des conseils pour les danseurs Lion-dance qui veulent aussi partir en Malaysie?

Je voudrais continuer à participer aux prochains Gentings, jusqu’à ce que je ne puisse plus assurer la sécurité de mon co-danseur.

Concernant la danse du lion, je n’ai qu’un seul conseil pour les danseurs. C’est de continuer à s’entraîner quoi qu’il arrive car « Lion dance has no shortcut !»

IMG_5908

Moi avec mon co-danseur, anh Chi Kien.

7/ Et une dernière question, quel est ton plat préféré en Malaysie?

J’ai bien aimé le « laksa ayam telur », dit aussi le « Neslo » (mixte de Nestlé et Milo)

20160701_183544

Merci beaucoup et Bonne continuation Giang!!